Accueil | Nos membres | Nous joindre | English | |  

Laurence Gagnon

 

Département de biologie, chimie et géographie, UQAR

Campus de Rimouski
300 Allée des Ursulines
UQAR
Rimouski
Québec, Canada
G5L 3A1

5145539137
laurence.gagnon.96@gmail.com

 

 


 
 
 

Projet de recherche

Effet des vents sur les routes migratoires transatlantiques d'un limicole nichant dans le Haut-Arctique canadien

Introduction

Chez les oiseaux, certains obstacles rencontrés en migration, comme des déserts ou des océans, peuvent agir comme des barrières écologiques lorsque les opportunités de ravitaillement en route sont rares ou absentes. En présence d’une barrière écologique, les oiseaux migrateurs peuvent rallonger substantiellement leur migration pour contourner l’obstacle ou prendre le risque de faire de longs vols soutenus au-dessus de cet environnement inhospitalier pour le traverser. L’Océan Atlantique représente une imposante barrière écologique entre l’Amérique et le continent européen ou africain. Au printemps, plusieurs migrateurs néarctiques, dont le pluvier grand-gravelot (Charadrius hiaticula), le contournent en faisant halte en Islande, alors qu’à l’automne, certains effectuent de plus longs vols soutenus au-dessus de l’océan. Ces différentes stratégies migratoires pourraient être liées aux régimes stables de vents dominants au-dessus de l’Océan Atlantique Nord.

Objectifs

L’objectif principal du projet est d’évaluer l’effet des conditions de vents sur les routes migratoires employées par les pluviers grand-gravelot de l’Île Bylot pour franchir l’Océan Atlantique Nord. Pour ce faire, nous testerons si la traversée de l’Atlantique sans escale est possible seulement pour les individus dont l’assistance éolienne dépasse un certain seuil.

Sites d'étude

L’Île Bylot est un refuge d’oiseaux migrateurs situé au Nunavut, dans le Haut-Arctique canadien (73’08 N 80’00 W). Les données pour ce projet ont été recueillies dans la plaine sud-ouest de l’île. Durant la période d’incubation des limicoles, cette région est recouverte d’habitats toundriques mésiques et humides.

Matériel et méthodes

Je bénéficierai de données de géolocalisation couvrant les migrations printanières et automnales de 21 pluviers grand-gravelot nichant à l’Île Bylot et hivernant sur la côte ouest de l’Afrique. Les données de vent issues de la base de données NCEP/NCAR Reanalysis 1 seront interpolées aux trajectoires migratoires. Ce jumelage permettra de calculer l'assistance éolienne rencontrée par les individus le long des trajectoires migratoires et de comparer l’assistance éolienne selon la stratégie migratoire employée, soit la route avec ou sans escale en Islande.

Résultats attendus

Les individus qui font la traversée de l’Atlantique sans escale devraient avoir une assistance éolienne plus élevée que ce qu’auraient rencontré, sur ces mêmes routes mais à des dates différentes, les individus qui ont fait escale en Islande pour contourner la barrière écologique.

 
 
Localisation du site de recherche
 
© 2022 Tous droits réservés | Adapté d'un design original de BinaryTheme.com