Accueil | Nos membres | Nous joindre | English | |  

Till Groh

 

Étudiant 3è cycle

Département de géologie et génie géologique, Université Laval

Pavillon Adrien-Pouliot
1065 avenue de la Médecine
Université Laval
Québec
Québec, Canada
G1V 0A6

à déterminer.
till.groh.1@ulaval.ca

 

 


 
 
 

Projet de recherche

Développement d’indicateurs et de seuils météorologiques pour l’identification et la prévision d’aléas naturels au Nunavik

Introduction

Au Nunavik, des changements environnementaux importants sont déjà observés et devraient se produire dans un proche avenir en raison des changements climatiques en cours (Barrette et coll., 2020). On prévoit également des extrêmes climatiques plus fréquents qui pourraient entraîner des aléas naturels à grande échelle. Ces aléas naturels peuvent affecter le rendement, les coûts d'entretien et la durée de vie des infrastructures nordiques et compromettre la sécurité publique. Par conséquent, il existe une demande croissante de prévision de ces situations environnementales problématiques et de leurs impacts afin de sensibiliser davantage les communautés inuites à la situation et de mettre en place des mesures préventives de mitigation et d'urgence pour réduire leur vulnérabilité.

Objectifs

Mon projet de recherche fait partie intégrale du projet envisagé Qaujikkaut (‘alerte’ en Inuktitut) qui est financé par Sentinelle Nord. Dans ce projet, il est prévu de développer un outil avancé de prévision des événements météorologiques extrêmes et des aléas naturels associés au Nunavik pour les acteurs des communautés nordiques en utilisant le réseau SILA de stations de suivi environnemental du CEN. Pour contribuer au projet, je vais 1) dresser un portrait climatique du Nunavik en synthétisant les séries chronologiques de données climatiques disponibles, 2) analyser les liens entre les changements climatiques et les occurrences de aléas naturels en me basant sur un inventaire des aléas naturels au Nunavik (L'Hérault et coll., 2017), et 3) évaluer les indicateurs météorologiques et leurs seuils nécessaires au déclenchement de ces aléas naturels. Ces indicateurs seront ensuite utilisés par l'équipe du projet Qaujikkaut pour prévoir les risques naturels en cours de réalisation.

Sites d'études

Étant donné que le territoire du Nunavik est immense et peu peuplé, mon projet de recherche couvre la partie du Nunavik où des catastrophes naturelles ont pu être observées dans le passé, c'est-à-dire principalement autour des quatorze communautés inuites et autour des infrastructures minières du plateau Katinniq (L'Hérault et coll., 2017). Les risques naturels les plus couramment observés au Nunavik, avec des dommages aux infrastructures civiles qui menacent la sécurité publique, sont les mouvements de masse tels que les avalanches de neige sèche et humide, les glissements de terrain et le tassement du pergélisol par le dégel, ainsi que les événements météorologiques et hydrologiques extrêmes (ibid.). Le changement climatique au Nunavik est très évident. Les observations et les projections montrent des changements à grande échelle, par exemple, dans les températures de l'air et du sol, les quantités de précipitations, ou la couverture de glace et de neige (Barrette et coll., 2020).

Matériel et méthodes

La fréquence et l'ampleur des événements météorologiques extrêmes au Nunavik entraînent des changements environnementaux à grande échelle pouvant être expliqués en examinant les observations météorologiques (ibid.). Les séries de données météorologiques disponibles du réseau SILA du CEN et des réseaux gouvernementaux, ainsi que les réanalyses et projections climatiques, seront utilisées pour dresser un portrait climatique du Nunavik dans lequel des outils de synthèse permettront d'évaluer l'évolution locale et régionale de divers paramètres climatiques. Sur la base de ce portrait climatique et de l'inventaire existant des aléas naturels au Nunavik (L'Hérault et coll., 2017), l'occurrence des événements et leur relation avec des conditions environnementales favorables seront analysées à l'aide de divers modèles statistiques et physiques. Sur la base de cette analyse, les seuils météorologiques critiques et les mécanismes de déclenchement des événements pourront alors être identifiés.

Références

Barrette C., Brown R., Way R., Mailhot A., Diaconescu E.P., Grenier P., Chaumont D., Dumont D., Sévigny C., Howell S. et S. Senneville (2020). Chapter 2: Nunavik and Nunatsiavut regional climate information update. In Ropars P., Allard M., M. Lemay (eds.), Nunavik and Nunatsiavut: From science to policy, an integrated regional impact study (IRIS) of climate change and modernization, second iteration. ArcticNet Inc, Québec, Canada, 58 p. L’Hérault E., Boisson A., Allard M., Aubé-Michaud S., Sarrazin D., Roger J. et C. Barrette (2017). Détermination et analyse des vulnérabilités du Nunavik en fonction des composantes environnementales et des processus physiques naturels liés au climat. Rapport final. Réalisé pour le compte du Ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs, Gouvernement du Québec. Centre d’études nordiques, Université Laval, 160 p.

 
 
Localisation du site de recherche
 
© 2021 Tous droits réservés | Adapté d'un design original de BinaryTheme.com