Accueil | Nos membres | Nous joindre | English | |  

 

Nouvelles du CEN

 

 
 
Vieux carbone et effet de serre
11 janvier 2016
 
 

Les prévisions sur les quantités de gaz qui seront relâchées par la fonte du pergélisol sont basées sur des données limitées et risquent de refléter peu fidèlement le relâchement de gaz à venir. C’est pourquoi le chercheur postdoctorant du CEN Frédéric Bouchard a, avec ses collègues (principalement les chercheurs Isabelle Laurion et Daniel Fortier et l’étudiante Vilmantas Preskienis), échantillonné les gaz (CO2 et méthane) qui s'échappent de 21 mares et de deux lacs sur l'île Bylot, dans le Haut-Arctique canadien, en 2013 et 2014. L’âge du carbone relâché doit être connu pour comprendre l’impact qu’il aura sur le climat. En effet, du carbone jeune (quelques décennies ou quelques siècles) aura un faible impact, car ce carbone fait partie du cycle « actuel » du carbone. Par contre, si le carbone relâché est vieux, alors il constitue bien une quantité additionnelle de carbone ajouté au cycle actuel et donc il amplifiera l’effet de serre. Les résultats obtenus sur l’île Bylot, publiés dans la revue Biogeosciences, semblent contraster avec ceux d’autres études et font ressortir un besoin pressant de mesurer les flux de carbone à longueur d’année. Frédéric Bouchard et ses collègues travaillent présentement à développer des instruments qui pourront faire ces mesures dans les environnements inhospitaliers du Haut-Arctique même au cours de l’hiver.

Vous pouvez lire l'article de Jean-François Cliche intitulé «Safari au gaz en Arctique» publié sur le site Web du journal Le Soleil, le 30 décembre 2015.

Pour voir la publication originale, cliquez ici.

F. Bouchard, I. Laurion, V. Preskienis, D. Fortier, X. Xu, and M. J. Whiticar. 2015. Modern to millennium-old greenhouse gases emitted from ponds and lakes of the Eastern Canadian Arctic (Bylot Island, Nunavut). Biogeosciences, 12, 7279-7298.

 
 
 

 
© 2019 Tous droits réservés | Adapté d'un design original de BinaryTheme.com