Accueil | Nos membres | Nous joindre | English | |  

Yisa Ginath Yuh

 

Étudiant 3è cycle

Département de biologie, chimie et géographie, UQAR

Campus de Rimouski
300 Allée des Ursulines
UQAR
Rimouski
Québec, Canada
G5L 3A1

418723.1986 poste 1519
ginathyuh.yisa@uqar.ca

 

 


 

Direction

 
 

Projet de recherche

ANALYSE SPATIALE DU RISQUE DES FEUX DANS LA TAIGA CANADIENNE SOUS L’INFLUENCE DES TOURBIÈRES ET DE L’AGE DES FORÊTS

Introduction

Au cours des trois dernières décennies, la fréquence et la sévérité des feux de forêt entraînant des pertes humaines et d'infrastructurelles se sont multipliées dans plusieurs régions du monde, en particulier dans la forêt boréale nord-américaine. La situation s'est aggravée au cours des dernières années et on prévoit même des feux plus sévères et plus fréquents à l'avenir avec le changement climatique. Le nord-ouest du Québec est l'une des zones de la forêt boréale nord-américaine où l'activité des feux est très importante et où des infrastructures de grande valeur sont déployées, tel que le complexe hydroélectrique La Grande. Il est donc important de mieux comprendre comment les infrastructures de ce territoire seront exposées aux feux au cours des prochaines décennies.

Les objectifs de ma thèse sont de cartographier la variabilité spatiale des probabilités de feux dans le territoire du complexe hydroélectrique La Grande à une résolution spatiale élevée, sous l'influence des terres humides et de l'âge du combustible, ainsi que dans les conditions climatiques actuelles et futures. Afin d'atteindre cet objectif, trois chapitres ont été développés. Mon premier chapitre étudiera si l'activité des feux diminue avec l'abondance croissante des tourbières dans les paysages de la taïga de l'Est du Canada, en tenant compte des interactions avec les lacs et les conditions météorologiques. Mon deuxième chapitre étudiera comment la sévérité des conditions météorologiques influence la propagation et la sévérité des feux dans les peuplements de forêts boréales matures (> 40 ans) et immatures (<40 ans). Le chapitre trois s'appuiera sur les connaissances acquises au cours des deux premiers chapitres, afin de cartographier les patrons spatiaux de probabilité de feu.

Sites d'études

La zone d'étude couvre le complexe hydroélectrique La Grande dans le nord du Québec et comprend de grands réservoirs hydroélectriques et des infrastructures associées telles que des lignes de transport d'électricité, des aéroports, des routes, etc., qui risquent de brûler. Les taux de feuxsont élevés et atteignenten moyenne environ 2 à 3% de la superficie totale des terres depuis 1840. Les combustibles sont dominés par l'épinette noire et le pin gris. Les tourbièreset les lacs couvrent 5-25% du territoire, selon les secteurs.

Matériel et méthodes

Pour le chapitre 1, une approche de modélisation par régression logistique binomiale sera appliquée pour prédire la probabilité que les feux se propagent sur un site (30m pixel) en fonction de la taille des lacs et des tourbières, et de la distance et de l'orientation les séparant des lacs et des tourbières. Pour le chapitre deux, un modèle mixte additif généralisé (GAMM) sera utilisé pour vérifier l’hypothèse que l’augmentation de la sévérité des conditions météorologiques augmentera davantage le taux de propagation des feux dans les peuplements forestiers immatures (peuplements <40 ans) que dans les peuplements forestiers matures (peuplements> 40 ans). Pour le chapitre 3, un modèle de simulation (Burn-P3) sera utilisé pour cartographier les patrons spatiaux des probabilités des feux de forêt sous le contrôle des terres humides, de l'âge du combustible et des conditions météorologiques, dans les conditions climatiques actuelles et futures.

Résultats attendus

Pour le chapitre 1, on s'attend à ce que les tourbières et les lacs agissent comme des barrières naturelles à la propagation du feu, mais sous l'effet de la sévérité croissante du climat et de l'abondance des vieux peuplements forestiers (âgés de plus de 40 ans), la résistance à la propagation du feu créé par les tourbières diminuera. Pour le chapitre 2, on s'attend à ce que l'augmentation de la sévérité des conditions météorologiques augmente davantage le taux de propagation des feux dans les combustibles immatures (<40 ans) que dans les combustibles matures (> 40 ans). Pour le chapitre 3, il est prévu que les probabilités de brûlages futures deviennent plus homogènes spatialement car la résistance des peuplements forestiers immatures à la propagation du feu diminuera avec l’augmentation de la sévérité des conditions météorologiques en réponse au réchauffement climatique.

 
© 2019 Tous droits réservés | Adapté d'un design original de BinaryTheme.com