Accueil | Nos membres | Nous joindre | English | |  

Rachel Guindon

 

Étudiante 2è cycle

Département de biologie, Université Laval

Pavillon Alexandre-Vachon
1045 avenue de la Médecine
Université Laval
Québec
Québec, Canada
G1V 0A6

418.656.2131 poste 408152
rachel.guindon.1@ulaval.ca

 

 


 

Direction

 
 

Projet de recherche

Évaluation des ressources utilisées par le bœuf musqué (Ovibos moschatus) au Nunavik et développement d'un protocole de suivi

Introduction

L’introduction de nouvelles espèces sur un territoire peut modifier les relations interspécifiques et la dynamique des écosystèmes terrestres. Le bœuf musqué (Ovibos moschatus) fut introduit sur le territoire du Nunavik dans les années 1960 pour répondre à un projet de développement socio-économique chez les communautés inuites de Kuujjuaq. La perte d’intérêt pour un projet d’élevage a eu pour conséquence la libération progressive de 54 bêtes suivie de la fermeture complète de la ferme en 1983. Retrouvé habituellement dans l’Arctique canadien et le Groenland, le bœuf musqué semble s’être bien adapté aux conditions environnementales du Nunavik. La population était estimée à 1400 individus en 2004 et des observations récentes laissent croire qu’elle est aujourd’hui composée de plusieurs milliers d’individus. Les communautés inuites ont exprimé des inquiétudes quant aux possibles impacts de la présence du bœuf musqué, notamment sur les deux troupeaux de caribous du Nunavik, en fort déclin.

Dans un contexte où la toundra du Nord du Québec subit les effets des changements climatiques, la présence de plusieurs milliers de boeufs musqués ajoute ainsi un stress chronique sur ce système. La présence d’herbivore peut en effet modifier la composition des communautés végétales présentes via la consommation, le piétinement et l’ajout d’azote au sol par les fèces et l’urine dans les habitats qu’ils fréquentent. L’objectif principal de ce projet de maîtrise est d’évaluer les réponses fonctionnelles de la toundra arctique suite à l’introduction du bœuf musqué.

Sites d'études

Les sites d'études sont situés sur les côtes de la Baie d'Ungava, lieu où les bœufs musqués furent relâchés, et de la Baie d'Hudson au Nunavik. Ces régions sont aujourd'hui particulièrement fréquentées par le bœuf musqué.

Matériel et méthodes

Pour atteindre l’objectif d’étude, nous réaliserons un échantillonnage floristique de la toundra arctique dans des secteurs avec des historiques d’occupation contrastée. Les sites avec une longue histoire d’occupation sont situés à l’ouest du village nordique de Kuujjuaq où les bœufs musqués ont été libérés il y a un peu moins de 50 ans. Afin de définir les sites d’occupation contemporaine, nous utiliserons les localisations de bœufs musqués marqués avec des colliers GPS près du village nordique d’Umiujaq. Dans chaque milieu, nous comparerons des milieux perturbés par le bœuf musqué à des milieux qui lui sont peu ou pas accessibles.

Résultats attendus

Les retombées de ce projet incluent le développement d’un protocole de monitorage de l’habitat du bœuf musqué à long terme ainsi qu’une meilleure compréhension de la dynamique des interactions entre herbivores et végétaux en milieux nordiques.

 
© 2019 Tous droits réservés | Adapté d'un design original de BinaryTheme.com