Accueil | Nos membres | Nous joindre | English | |  

Émilie Desjardins

 

Étudiante 2è cycle

Département de biologie, chimie et géographie, UQAR

Campus de Rimouski
300 Allée des Ursulines
UQAR
Rimouski
Québec, Canada
G5L 3A1

514.770.2857
emilie.desjardins.1994@gmail.com

 

 


 
 
 

Projet de recherche

Un Plan de Gestion de la Biodiversité pour la Station des Forces Canadiennes à Alert (Nunavut, Canada)

Bien que la toundra arctique soit majoritairement non perturbée par les activités humaines directes, offrant des opportunités uniques de préserver son intégrité écologique, l’intensification des perturbations humaines est évidente et générera le besoin de développer des Plans de Gestion de la Biodiversité (PGB) partout où des composantes de l'écosystème, telles que les espèces en péril, doivent être préservées. De tels plans ont été proposés dans de nombreux endroits de la planète, mais peu existent dans la toundra et des méthodologies doivent encore être développées. Un PGB vise à définir les actions nécessaires pour conserver ou accroître la biodiversité locale et doit être spécifique au site. La mise en œuvre d'un PGB repose sur (1) la synthèse des données existantes; (2) l'acquisition de nouvelles données sur le terrain; (3) l'établissement de cibles de biodiversité tels que les habitats ou les espèces protégées en vertu de la Loi sur les espèces en péril; (4) la spécification des actions visant à atteindre ces cibles de biodiversité; et (5) l'établissement d'un programme de surveillance pour évaluer l'efficacité du PGB. Mon projet de recherche consistera à réaliser les premières étapes de l’élaboration d'un PGB à la Station des Forces canadiennes à Alert, au Nunavut (île d'Ellesmere, 82 ° N), le lieu habité en permanence le plus au nord sur Terre. Compte tenu de la rareté des informations existantes sur la biodiversité à Alert, nous avons commencé en 2018 un inventaire de la faune locale à l'aide de pièges photographiques, de transects d'observation et d’observations faites par des résidents de la station. Nous avons également commencé à cartographier les habitats fauniques en analysant des images satellites et en étudiant les communautés végétales sur le terrain. De plus, nous avons entrepris de cartographier les sentiers utilisés par les véhicules tout-terrains, car ils constituent une source potentielle de perturbation pour la faune et les habitats. Cette étude permettra d’élaborer des lignes directrices spatiales et temporelles appropriées pour réduire les perturbations humaines dans les zones critiques des espèces arctiques à statut précaire, à savoir le caribou de Peary, le bécasseau maubèche et la mouette ivoire.

 
© 2019 Tous droits réservés | Adapté d'un design original de BinaryTheme.com