Accueil | Nos membres | Nous joindre | English | |  

Coralie Gautier

 

Étudiante 2è cycle

Département de géomatique appliquée, Université de Sherbrooke

Campus de Sherbrooke
2500, boul. de l'Université
Université de Sherbrooke
Sherbrooke
Québec, Canada
J1K 2R1

819.821.8000 poste 62506
coralie.gautier@usherbrooke.ca

 

 


 
 
 

Direction

 
 

Projet de recherche

Étude de la qualité d’habitat et des patrons migratoires du caribou de Peary (Rangifer tarandus pearyi) à l’aide d’un modèle thermodynamique de neige et du savoir traditionnel

Présentement, le réchauffement observé dans l’Arctique génère de fortes rétroactions climatiques. Ce réchauffement est estimé à +1.06 °C/décennie (Solomon, 2007) ce qui représente un taux bien plus important que sur le reste de la planète à +0.43 °C/décennie (Jin et Dickinson, 2002). Ce réchauffement amène l’augmentation de l’occurrence d'événements de pluie-sur-neige (Dolant et al., 2017), de présence de croûtes de glace (Montpetit et al., 2013) et de densification du couvert neigeux (Dolant et al., 2018) pouvant affecter les conditions d’accès à la nourriture du Caribou de Peary (Rangifer tarandus pearyi) (Ouellet et al., 2017; Langlois et al., 2017).

L’objectif principal de mon projet de maîtrise est donc de perfectionner et d’étendre à une plus grande superficie de l’Arctique le modèle de qualité de l’habitat du caribou, développé par le GRIMP. Ceci dans une optique de prédiction des habitats les plus favorables et des changements dans les patrons de migration des populations de caribous, d’ici à 2100.

Mon projet de maîtrise se concentrera sur 2 régions où la concentration actuelle du caribou de Peary est plus importante, soit le sud-ouest de l’Archipel arctique canadien (Île Banks et Île Victoria) et le complexe de l’Île Bathurst. Le premier volet méthodologique utilisera une plateforme de spatialisation du modèle SNOWPACK développée au GRIMP depuis 2014. Cette plateforme permet de simuler les conditions de neige à 1-km de résolution (Beaudoin-Galaise, 2016). Des simulations seront effectuées le long des couloirs migratoires connus (Johnson, 2016), et un seuillage sur la densité sera fait pour qualifier l’accès à la nourriture suivant le seuil proposé par Ouellet et al. (2017). Cet aspect permettra de valider l’accès à la nourriture pendant la migration de 1979 à 2100 comme le modèle de neige peut être forcé par des données issues d’un modèle climatique. Le deuxième volet méthodologique visera le développement d’une base de données de polynies (ouvertures dans la glace/eau libre) numérisées sur des images RADARSAT 1 et 2 des 20 dernières années. Ce travail utilisera un algorithme de détection de polynies à l’aide d’imagerie radar développée par les chercheurs d’Environnement et Changement Climatique Canada (ECCC). Une climatologie de ces polynies sera donc faite sur les 2 sites d’études pour les 20 dernières années dans le but d’évaluer l’impact de celles-ci sur les migrations entre les îles. Finalement, un volet consultatif avec les populations locales est aussi prévu pour complémenter cette analyse, considérant leurs bonnes connaissances des patrons de migration du caribou de Peary (principalement les communautés de Ulukhaktok et Resolute Bay). Ceci dans un optique de collaboration et intégration de ces communautés au projet de recherche.

 
© 2019 Tous droits réservés | Adapté d'un design original de BinaryTheme.com