Accueil | Nos membres | Nous joindre | English | |  

Julie Babin

 

Étudiante 3è cycle

Département de géographie, Université Laval

Pavillon Abitibi-Price
2405 rue de la Terrasse
Université Laval
Québec
Québec, Canada
G1V 0A6

418.656.2131 poste aucun
julie.babin.3@ulaval.ca

 

 


 
 
 

Projet de recherche

Les intérêts et la politique du Japon dans la région de la Route du Nord

Malgré une longue tradition polaire, les recherches consacrées à l'Arctique n'ont commencé à se développer que dans les années 1990 et ce n'est qu'en 2015 que le gouvernement japonais a dévoilé sa politique officielle pour l'Arctique. Cette attention du Japon pour cette région s'est développée parallèlement à, ou peut-être à cause de l'intérêt croissant de la Chine et de la Corée du Sud, rivales politiques et économiques du Japon. Le gouvernement japonais et les sociétés minières et pétrolières japonaises ainsi que les instituts scientifiques sont parmi les principaux acteurs intéressés par la Route du Nord (angl.: Northern Sea Route (NSR)). Le gouvernement japonais a déclaré s'intéresser à la région en se fondant sur (i) les changements climatiques survenus dans la région, (ii) les découvertes potentielles et l'exploitation future des ressources naturelles, et (iii) de nouvelles voies de navigation, cet intérêt a donné lieu à de vastes spéculations (par exemple, considéré comme une menace possible dans les médias, les universitaires, etc.). Parallèlement à l'annonce par Tokyo d’une politique officielle concernant la l'Arctique, le gouvernement japonais tente de convaincre les entreprises nationales d'investir dans la région NSR avec peu de résultats jusqu'à récemment.

L'absence d'études sur les motivations d'un éventuel investissement des entreprises japonaises (par exemple, Mitsui OSK Lines, JGC) dans la région NSR, sur les actions mises en œuvre par le gouvernement japonais pour les soutenir et les interactions entre les acteurs, limite notre compréhension de ce phénomène.

Je propose d'aborder la question suivante dans ma thèse: De quelles manières le gouvernement japonais, les universités et les entreprises interagissent-ils ensemble dans la création de politiques relatives à la région NSR, et mettent en œuvre ces politiques?

Objectif général du projet:

L'objectif global de ce projet est d'étudier et de définir les dynamiques d'interactions entre les acteurs gouvernementaux, universitaires et économiques au Japon en relation avec les intérêts de l'Arctique, avec un accent particulier sur la région NSR.

Objectifs spécifiques:

  1. Évaluer l'intérêt actuel du gouvernement, des préfectures nordiques (Hokkaido), du secteur de la recherche et de l'industrie japonaise pour la région NSR;
  2. Déterminer les facteurs qui ont influencé ou encouragé les investissements gouvernementaux, universitaires et privés dans la région de la NSR et ailleurs dans l'Arctique (accords diplomatiques et financiers, mines, pétrole, gaz, etc.);
  3. Comparer et contraster les investissements de l'Arctique japonais aux investissements chinois et coréens dans l'Arctique;
  4. Préciser si des actions ou des incitations du gouvernement japonais pourraient inciter ou inciter les entreprises japonaises à investir dans la région NSR et ailleurs dans l'Arctique;
  5. Évaluer les perspectives des entreprises japonaises dans la région du NSR et ailleurs dans l'Arctique pour les années à venir.

Méthodologie:

Mes recherches sont principalement menées à travers des documents, des rapports et des interviews. Les trois principaux acteurs de mon projet de recherche sont le gouvernement, le secteur de la recherche et les industries de la navigation, de la construction navale, du pétrole et du gaz et de l'extraction opérant dans la NSR. Les documents analysés sont ceux qui visent à établir la politique Arctique officielle du gouvernement japonais. L'analyse et comparaison des ressources disponibles telles que la littérature scientifique, mais aussi les entretiens que je mène conduiront à la création d'échantillons représentatifs des engagements de ces acteurs dans la région NSR. En raison de leur implication directe dans les questions arctiques, je regarderai principalement les déclarations et les documents officiels du ministère des Affaires étrangères, du MLIT, du MEXT et du METI. L'analyse des déclarations gouvernementales (sites officiels, entretiens avec les officiels et les médias) va m'aider à évaluer mon hypothèse sur l'intérêt théorique du gouvernement pour la région NSR motivé par la Corée et la Chine. Les entrevues avec des entreprises japonaises visent à identifier les facteurs (internes et externes) qui pourraient les amener à investir dans la région NSR, mais aussi les endroits dans lesquels ces entreprises envisagent d'investir, si ce n'est dans le NSR ou ailleurs dans l'Arctique. Les entretiens viseront ensuite à déterminer si les entreprises attendent du gouvernement qu'il les soutienne par des incitations, et quelles mesures politiques et économiques ces entreprises attendent du gouvernement avant d'entreprendre des investissements et comment les acteurs gouvernementaux japonais et japonais interagissent dans l'élaboration des politiques arctiques.

 
 

Communications scientifiques

Babin, J., Lasserre, F., 2019. Asian states at the Arctic Council: perceptions in Western States. Polar Geography, 49(3): 145-159. DOI: 10.1080/1088937X.2019.1578290.

 
© 2019 Tous droits réservés | Adapté d'un design original de BinaryTheme.com