Accueil | Nos membres | Nous joindre | English | |  

Catherine Chagnon

 

Étudiante 2è cycle

Département de biologie, Université Laval

Pavillon Alexandre-Vachon
1045 avenue de la Médecine
Université Laval
Québec
Québec, Canada
G1V 0A6

418.609.3757
catherine.chagnon.2@ulaval.ca

 

 


 
 
 

Projet de recherche

Abondance et diversité des espèces lichéniques au Nunavik en contexte de changements climatiques

Sous l’effet des changements climatiques, les dernières décennies ont été marquées par une augmentation quasi-généralisée des espèces arbustives dans les écosystèmes nordiques. Cette restructuration des communautés végétales modifie la dynamique des écosystèmes et nuit aux organismes peu compétitifs tels que les lichens. Une diminution substantielle de l’abondance et de la diversité des espèces lichéniques a ainsi été observée à l’échelle circumpolaire parallèlement à l’arbustation. Or, les lichens contribuent à la biodiversité et remplissent plusieurs rôles fonctionnels en milieu nordique. Par exemple, les lichens influencent l’établissement des plantes vasculaires et induisent une rétroaction négative sur le réchauffement atmosphérique en augmentent l’albédo terrestre.

L’objectif de cette étude est de caractériser l’abondance et la diversité des lichens le long d’un gradient latitudinal au Nunavik (Québec, Canada).

Les objectifs spécifiques sont (1) d’évaluer l’augmentation récente (1984-2017) du couvert vasculaire dans les sites dominés par les lichens à l’aide de l’indice NDVI, (2) d’évaluer le couvert, la biomasse, la richesse spécifique, l’équitabilité et la diversité fonctionnelle des lichens à diverses échelles spatiales le long du gradient, (3) de déterminer les variables environnementales qui influencent les communautés lichéniques et (4) d’évaluer l’impact du développement d’un couvert arbustif sur les communautés lichéniques.

Pour ce faire, nous quantifierons l’augmentation du NDVI au Nunavik dans les surfaces dominées par les lichens à l’aide d’images satellitaires afin d’estimer le recul des lichens au cours des dernières décennies.

Sept stations d’échantillonnage disposées entre le 56e et le 62e parallèle permettront de caractériser les communautés lichéniques à partir de relevés de végétation linéaires. Des relevés appariés permettront de cibler l’effet du couvert arbustif érigé sur les communautés lichéniques. Cette étude permettra de dresser un portrait global des communautés lichéniques et des processus écologiques affectant ces organismes au Nunavik, et contribuera à améliorer notre compréhension de la dynamique des écosystèmes nordiques soumis aux changements climatiques.

 
© 2019 Tous droits réservés | Adapté d'un design original de BinaryTheme.com