Accueil | Nos membres | Nous joindre | English | |  

Mafalda Miranda

 

Étudiante 3è cycle

Centre Eau-Terre-Environnement, INRS-ETE

Centre Eau Terre Environnement
490, rue de la Couronne
INRS-ETE
Québec
Québec, Canada
G1K 9A9

418.654.2530 poste 4429
mafalda_alexandra.miranda@ete.inrs.ca

 

 


 

Direction

 
 

Projet de recherche

Évaluation du potentiel des ressources géothermiques profondes au Nunavik, Nord-du-Québec, Canada

Ce projet de recherche vise à évaluer si l'énergie géothermique peut être une alternative pour les communautés éloignées et hors des réseaux hydro-électriques au Nord du Québec.

La chaleur et l'électricité sont produites pour les communautés inuites à partir des combustibles fossiles, conduisant à des coûts financiers et environnementaux élevés et démontrant pourquoi il est important de trouver de nouvelles sources d'énergie. L'énergie géothermique est la chaleur stockée dans la Terre. Elle a été choisie comme ressource alternative pour les communautés du Nord parce que: (1) c'est une source durable d'énergie thermique et électrique à l'échelle du temps humain; (2) son utilisation est favorable à l'environnement et permet un production d’énergie en continu; (3) elle ne dépend pas de la météo, fournissant de l'énergie 24/7; (4) son utilisation augmente le produit net régional et local; et (5) elle peut réduire la dépendance aux combustibles fossiles.

Les travaux de terrain sont effectués dans la communauté de Kuujjuaq. Si la viabilité de l'exploitation des ressources géothermique est prouvée dans cette communauté, il sera alors possible de reproduire cette solution dans d'autres communautés éloignées du Nord du Québec.

Parmi les systèmes pouvant être utilisés pour extraire l'énergie thermique du sous-sol, les systèmes géothermiques ouvragés et les échangeurs de chaleur au sol ont été choisis comme les technologies à explorer pour déterminer le potentiel des ressources géothermiques profondes. Un réservoir est créé dans les roches fracturées par la stimulation des fractures préexistantes pour les systèmes géothermiques ouvragés. Cette stimulation hydraulique peut être réalisée par fracturation hydraulique, cisaillement hydraulique ou un mixte des deux. Pendant le processus de stimulation, un fluide, généralement de l’eau hautement pressurisée, est pompé dans un puits d’injection. Cela améliore la perméabilité des roches et augmente le débit du fluide. La deuxième phase commence après la stimulation et la création du réservoir où le fluide est circulé pour l’extraction de la chaleur. Au cours de cette phase, le fluide circule dans le réservoir est réchauffé par le milieu qui l’entoure et ensuite récupéré dans un puits de production. En surface, le fluide récupéré et chauffé peut être utilisé pour produire de l’électricité ou de la chaleur, en fonction de sa température d’extraction. Les échangeurs de chaleur profonds sont composés d’un fluide caloporteur qui circule en circuit fermé dans un seul forage et il n’y a pas besoin de roches perméables et de stimuler le réservoir. Ces systèmes extraient ou rejettent une certaine quantité d’énergie thermique en circulant le fluide à travers l’échangeur de chaleur au sol, où le transfert de chaleur se produit du sol vers le fluide. En surface, la chaleur est extraite du fluide chaud dans un échangeur de chaleur à plaque et le fluide est ensuite retourné vers l’échangeur de chaleur au sol.

Dans les régions nordiques avec un flux de chaleur faible comme le Nunavik, la production d’électricité géothermique ne semble pas viable. Toutefois, la production de chaleur à partir de l’énergie géothermique pourrait s’avérer rentable.

 
© 2019 Tous droits réservés | Adapté d'un design original de BinaryTheme.com