Accueil | Nos membres | Nous joindre | English | |  

Nicolas Roulx

 

Étudiant 2è cycle

Département de géographie, Université Laval

Pavillon Jean-Charles-Bonenfant
2345 allée des Bibliothèques
Université Laval
Québec
Québec, Canada
G1V 0A6

418.931.4544
nicolas.roulx.1@ulaval.ca

 

 


 

Direction

 
 

Projet de recherche

Les Inuit face à l'ouverture du Nunavut aux intérêts miniers transnationaux: intérêts, capacités et stratégies

Depuis quelques décennies, l’Arctique canadien s’ouvre lentement à une extraction minière qui semblait, il n’y a pas si longtemps, peu probable. L’incursion du modèle d’affaires des entreprises transnationales dans le mode de vie traditionnel et l’économie locale des Inuit comporte son lot de répercussions socioéconomiques, politiques et culturels dans les communautés du Nunavut. La littérature fait état d’un choc des conceptions non seulement sur l’usage et l’aménagement du territoire, mais sur la conception même de l’espace symbolique et vécu. Toutefois, le système de gouvernance multiniveaux du Nunavut, fondé sur le principe de cogestion des ressources, est des plus complexes au Canada. La mise en œuvre de la cogestion induit, elle aussi, des tensions entre les visions du principe de gouvernance des Inuit et du gouvernement fédéral. Comme rien ne semble freiner cette tendance à la multiplication des relations entre les Inuit et les compagnies minières au sujet controversé de l’exploitation du sous-sol, nous nous questionnons sur les intérêts, les capacités et les stratégies des organisations Inuit face aux intérêts miniers transnationaux. Notre recherche tend à répondre à ces deux questions:

Dans quelle mesure l’Accord du Nunavut de 1993 permet-il aux organisations Inuits de mieux négocier avec les intérêts miniers transnationaux? Quelles sont les stratégies de ces organisations Inuit envers les intérêts miniers transnationaux et comment les expliquer?

L’objectif principal de ce mémoire est de dégager une lecture géopolitique des tensions territoriales entre les organisations Inuit et les entreprises minières transnationales. Nous voulons approfondir la compréhension des intérêts, des capacités et des stratégies des organisations Inuit dans cet enjeu et saisir les liens entre les facteurs institutionnels, les facteurs culturels des Inuit (identité géographique) et leurs choix stratégiques. Pour ce faire, notre recherche est structurée par les objectifs spécifiques suivants:

1) Déterminer les intérêts et objectifs des organisations Inuit envers les entreprises minières; 2) déterminer les capacités (institutionnelles et informelles) des organisations Inuit à négocier avec les entreprises minières; 3) identifier les stratégies mises en œuvre par les organisations Inuit et vérifier leur degré de consensualité à la fois interne et entre elles; 4) évaluer l’efficacité de ces stratégies sur les négociations avec les entreprises minières et les actions et réponses de ces dernières.

Pour réaliser ces objectifs, nous ferons deux études de cas au sujet des villages de Pond Inlet et Baker Lake. Notre méthodologie est fondée sur l’analyse de contenu et de discours, et la collecte de données se fera, dans une première partie, par l’analyse d’un corpus documentaire étoffé. Ensuite, comme nous nous intéressons particulièrement aux représentations des acteurs, nous mènerons des entrevues auprès de représentants d’organisations Inuit et d’entreprises minières. Nous coderons rigoureusement le contenu des documents et entrevues selon une série de thèmes prédéterminée, en observant la récurrence de termes-clés. Pour présenter nos résultats, nous produirons deux cartes à grande échelle de nos études de cas. Plusieurs extraits d'entrevues seront cités dans le mémoire et, finalement, nous réaliserons un modèle vulgarisant à la fois le déploiement des stratégies par les organisations Inuit et la genèse de ces mêmes stratégies (facteurs institutionnels et identitaires).

 
© 2019 Tous droits réservés | Adapté d'un design original de BinaryTheme.com