Accueil | Nos membres | Nous joindre | English | |  

Frédéric Manseau

 

Étudiant 2è cycle

Département de géographie, Université Laval

Pavillon Abitibi-Price
2405 rue de la Terrasse
Université Laval
Québec
Québec, Canada
G1V 0A6

819.314.1448
frederic.manseau.1@ulaval.ca

 

 


 
 
 

Projet de recherche

La turbidité de la rivière Tasiapik (Umiujaq, Nunavik) en lien avec la dégradation du pergélisol

Introduction

Les travaux menés dans les régions arctiques et subarctiques démontrent l’accélération de la dégradation du pergélisol ainsi que l’augmentation des processus thermokarstiques depuis les dernières décennies. La fonte du pergélisol s’accompagne d’un accroissement du fluage d’eau chargé de sédiments organiques et minéraux vers les cours d’eau et les lacs. De plus, lors de la fonte de la neige au printemps et durant les crues automnales, ces sédiments disponibles sont pris en charge par ruissellement, augmentant la turbidité dans les cours d’eau. La turbidité peut être mesurée à l’aide de capteurs à rétrodiffusion optique qui collectent des valeurs en unité de turbidité néphélométrique provenant de la rétrodiffusion sur les particules en suspension de lumière infrarouge projetée dans l’eau. Les données récoltées par les capteurs dépendent principalement de la concentration de sédiments en suspension dans l’eau, mais aussi de plusieurs autres facteurs tels que la taille des sédiments.

L’objectif général de ce mémoire consiste à mieux comprendre la variation spatio-temporelle de la turbidité fluviale en contexte périglaciaire. Les objectifs spécifiques sont de 1) caractériser l’hydrogéomorphologie des cours d’eau de la vallée de Tasiapik et 2) mesurer la turbidité des rivières durant la période sans gel et la lier à différents paramètres terrain tel que la température de l’air, les précipitations, le débit de la rivière et la topographie.

Sites d'études

Le site d’étude, la vallée de Tasiapik, située à 5km à l’est du village d’Umiujaq (Nunavik), est traversé par une rivière qui s’écoule le long de buttes de pergélisol dans ses sections amont et médiane et d’étangs dans sa section avale. Elle collecte les eaux des affluents provenant notamment du versant nord de la vallée et se déverse dans le lac Tasiujaq. Ce lac est un lieu unique et important pour la pêche et les activités de plein air tant pour la communauté d’Umiujaq que pour les touristes, qui sont de plus en plus intéressés par le lac, étant inclus dans le parc national Tursujuq.

Matériel et méthodes

Plusieurs turbidimètres ont été installés dans le cours d’eau principal de la vallée de Tasiapik durant l’été 2018, soit du 16 juin au 20 septembre 2018. Ces turbidimètres ont été installés dans la zone de transfert où le cours d’eau est bordé de part et d’autre par des buttes pergélisolés. Une caméra fut installée à l’emplacement d’un des turbidimètres pour renseigner sur les changements du volume de la rivière. Les données recueillies par les turbidimètres seront combinées à des analyses granulométriques et géochimiques des sédiments prélevés à proximité de chacun des turbidimètres. Ces résultats seront également analysés en lien avec les statistiques récoltées par les stations environnementales du réseau SILA et celles fournies par une station de jaugeage située en amont des turbidimètres dans la rivière.

Résultats attendus

Les résultats de l'étude permettront de vérifier qu'il existe une corrélation entre la dégradation du pergélisol et l'augmentation de la turbidité dans les rivières de milieux pergélisolés. Ainsi, une augmentation dans les températures atmosphériques quotidiennes devrait mener à une augmentation dans la turbidité de la rivière.

 
© 2019 Tous droits réservés | Adapté d'un design original de BinaryTheme.com