Accueil | Nos membres | Nous joindre | English | |  

Frédéric Dulude-de Broin

 

Étudiant 2è cycle

Département de biologie, Université Laval

Pavillon Alexandre-Vachon
1045 avenue de la Médecine
Université Laval
Québec
Québec, Canada
G1V 0A6

438.880.4194
frederic.ddb@gmail.com

 

 


 
 
 

Projet de recherche

Influence indirecte de la prédation sur la reproduction de la chèvre de montagne

L’influence d’un prédateur sur une population peut s’étendre au-delà de la mortalité associée à la consommation d’individus. En présence d’un prédateur, les proies peuvent adopter des stratégies anti-prédation afin d’optimiser leur probabilité de survie immédiate. À long terme, ces stratégies peuvent toutefois compromettre l’acquisition et l’allocation des ressources vers des fonctions non impliquées dans l’évitement du prédateur telles que la reproduction.

Le stress est un élément clef de la réponse d’une proie à la prédation. Il lui permet d’optimiser les fonctions physiologiques essentielles à sa survie immédiate. Lorsqu’il devient chronique, il peut cependant compromettre sa condition physique, sa réponse immunitaire et sa capacité à se reproduire. Puisque le stress induit par la prédation est généralement perçu par plusieurs individus en même temps, son impact sur la reproduction peut directement affecter le recrutement d’une population.

Au cours de la dernière décennie, la population de chèvres de montagne (Oreamnos americanus) de Caw Ridge (Alberta) a connu un déclin drastique en termes d’abondance et de reproduction. Ce déclin concorde avec une augmentation du nombre de prédateurs observés sur l’aire d’étude. Mon projet vise à évaluer l’influence de la prédation sur la reproduction de la chèvre de montagne à travers le stress chronique qu’elle pourrait induire.

Afin de mesurer le niveau de stress des chèvres, je doserai les métabolites de cortisol au sein d’échantillons de fèces et de poils collectés depuis plus de 15 ans sur des individus marqués. Ces niveaux de stress seront alors mis en relation avec la propension des individus à se reproduire et l’abondance relative de prédateurs sur l’aire d’étude. Les mesures individuelles répétées sur des chèvres suivies durant toute leur vie me permettront également de mieux comprendre les facteurs d’influence du stress chez cette espèce.

 
© 2018 Tous droits réservés | Adapté d'un design original de BinaryTheme.com