Accueil | Nos membres | Nous joindre | English | |  

Mathilde Poirier

 

Étudiante 2è cycle

Département de biologie, Université Laval

Pavillon Alexandre-Vachon
1045 avenue de la Médecine
Université Laval
Québec
Québec, Canada
G1V 0A6

4189975417
mathilde.poirier.1@ulaval.ca

 

http://132.203.57.253:8080/donneesweb/document/image/perso_3956.jpg

 


 
 
 

Projet de recherche

Impact des propriétés physiques de la neige sur la dynamique des populations de lemmings

L’Arctique est une région particulièrement touchée par l’augmentation des températures à l’échelle planétaire et il est possible d’anticiper des changements au niveau des propriétés physiques de la neige ainsi qu’un raccourcissement de la période d’enneigement. Les lemmings sont des espèces résidant à l’année dans les régions nordiques et doivent donc passer jusqu’à 9 mois sous la neige. Leurs activités ne sont pas pour autant interrompues; ceux-ci creusent des tunnels pour la quête de nourriture et construisent des nids dans lesquels ils pourront se reproduire. De plus en plus d’évidences suggèrent que la reproduction hivernale des lemmings joue un rôle clé dans la dynamique de leurs populations. Considérant cela, nous cherchons à savoir comment les changements dans les propriétés physiques de la neige dus au réchauffement climatique pourraient influencer la dynamique des populations de lemmings dans l’Arctique canadien. On s’intéresse en particulier à la densité et à la dureté de la couche basale de neige, où les lemmings vivent pendant l’hiver.

Depuis 2013, des sondes ont été déployées dans la Vallée Qarlikturvik sur l’Île Bylot afin de mesurer en continu les propriétés physiques de la neige (profondeur, température, conductivité thermique). Au printemps, du terrain sera effectué afin d’échantillonner manuellement les propriétés physiques de la neige directement dans des sites fréquentés par les lemmings (combes à neige) et dans des sites témoins. À l’été, des données concernant les paramètres démographiques des lemmings seront récoltées sur le terrain. L’abondance, l’intensité de reproduction et la survie estivale seront échantillonnées sur 3 grilles de trappage par la méthode de capture-marquage-recapture. Un décompte de nids d’hiver sera également effectué par la méthode des transects afin de mesurer l’abondance hivernale et l’intensité de reproduction sera déterminée par la présence de fèces de juvéniles dans ces nids.

Ce projet nous permettra de mieux comprendre les effets des changements climatiques sur les populations de lemmings vivant en Arctique. Étant la proie principale de mammifères résidant dans la toundra et de nombreux prédateurs aviaires migrateurs pendant l’été, le lemming est un maillon important au sein de cet écosystème. Il est donc important d’avoir une idée globale de l’ensemble des facteurs pouvant affecter la dynamique de leur population.

 
© 2018 Tous droits réservés | Adapté d'un design original de BinaryTheme.com