Accueil | Nos membres | Nous joindre | English | |  

Joanie Van de Walle

 

Étudiante 3è cycle

Département de biologie, Université de Sherbrooke

Campus de Sherbrooke
2500, boul. de l'Université
Université de Sherbrooke
Sherbrooke
Québec, Canada
J1K 2R1

819.821.8000 poste 63020
Joanie.Van.De.Walle@USherbrooke.ca

 

http://132.203.57.253:8080/donneesweb/document/image/perso_3772.jpg

 


 

Direction

 
 

Projet de recherche

Soins maternels chez l’ours brun (Ursus arctos) scandinave

Chez les espèces animales prodiguant des soins parentaux (i.e. tout comportement favorisant la valeur sélective de la progéniture), il existe un compromis entre l’allocation immédiate ou future de l’énergie à la reproduction. L’issue du compromis dépend alors de la balance entre les coûts et les bénéfices en termes de valeur sélective (survie et reproduction) associés aux soins parentaux. Toutefois, certaines contraintes environnementales peuvent intervenir en imposant d’importantes pressions de sélection altérant ainsi cet équilibre entre coûts et bénéfices.

La chasse peut entraîner d’importantes pressions de sélection au sein des populations animales, et ce, parfois même en contradiction avec la sélection naturelle. Par exemple, la chasse aux trophées chez le mouflon d’Amérique (Ovis canadensis) de Ram Mountain, en ciblant les mâles à grosses cornes, a indirectement favorisé les mâles aux cornes à croissance lente menant ainsi à une réduction significative de la taille moyenne des cornes. Chez l’ours brun (Ursus arctos) scandinave, une espèce qui subit une imposante pression de chasse, la réglementation suédoise protège les groupes familiaux, c’est-à-dire que les femelles accompagnées de leurs oursons ne peuvent être chassées légalement. Ainsi, il est envisageable que la pression de chasse actuelle favorise indirectement les femelles reproductrices qui prennent soin de leurs jeunes plus longtemps puisqu’elles sont indisponibles pour la chasse.

Notre objectif principal visera donc à évaluer la pression sélective de la chasse sur la durée des soins maternels et les stratégies reproductrices chez l’ours brun scandinave. Nous nous intéresserons aussi aux conséquences d’une augmentation de la durée de la période de soins maternels en termes de valeur sélective (femelles et descendance) et de dynamique de population.

Pour ce faire, nous profitons d’un suivi à long-terme (1984-aujourd’hui) de la population suédoise d’ours bruns réalisé par le Scandinavian Brown Bear Research Project (SBBRP). Un décompte triennal (émergence de la tanière, saison de reproduction et entrée en tanière) des oursons et des juvéniles par hélicoptère nous permet de déterminer le moment de la rupture des groupes familiaux. Le suivi intensif opéré par le SBBRP nous donne accès à un large échantillon de femelles marquées et suivies de la naissance jusqu’à la mort ainsi qu’à un pedigree complet des ours marqués afin d’établir l’héritabilité des traits et donc par extension leur potentiel évolutif.

 
 

Communications scientifiques

Leclerc, M., Van de Walle, J., Zedrosser, A., Swenson, J.E., Pelletier, F., 2016. Can hunting data be used to estimate unbiased population parameters? A case study on brown bears. Biology letters, 12(6): 20160197. DOI: 10.1098/rsbl.2016.0197.

 
© 2018 Tous droits réservés | Adapté d'un design original de BinaryTheme.com