Accueil | Nos membres | Nous joindre | English | |  

Sarah-Kim Lavoie

 

Étudiante 2è cycle

Département de géographie, Université Laval

Pavillon Abitibi-Price
2405 rue de la Terrasse
Université Laval
Québec
Québec, Canada
G1V 0A6

581.308.5489
sarah-kim.lavoie.1@ulaval.ca

 

 


 
 
 

Projet de recherche

Dynamique du pin blanc (Pinus strobus) dans les tourbières ombrotrophes du sud du Québec

Le pin blanc (Pinus strobus) est une espèce coniférienne qui s’établit généralement sur des sols mésiques ayant un bon drainage. On la trouve aussi à l’occasion au sein des tourbières ombtrotrophes, notamment au Québec dans la région physiographique des Basses-Terres-du-Saint-Laurent. Dans ces tourbières, le pin blanc semble afficher une excellente et surprenante croissance, autant en hauteur qu’en diamètre. La présente étude s’inscrit dans un domaine de recherche plus vaste concernant le processus de boisement des tourbières ombrotrophes, processus qui est particulièrement marqué au XXe siècle dans le sud du Québec.

Les principaux objectifs de ce projet de maîtrise sont :

i) de déterminer l’époque (ou les époques) de l’établissement du pin blanc dans quelques tourbières ombrotrophes et de déterminer quels furent les facteurs ayant favorisé cette installation;
ii) de caractériser la croissance radiale du pin blanc en milieu tourbeux et de la comparer avec celle d’individus croissant en périphérie sur sol mésique;
iii) de déterminer quels furent les facteurs ayant régi la croissance du pin blanc dans les tourbières.

Cinq tourbières seront étudiées. Pour chacune, 20 pins blanc seront échantillonnés pour une analyse dendrochronologique afin de déterminer leur âge et de caractériser leur rythme de croissance. Le même processus sera fait pour 20 autres individus en périphérie des tourbières sur sols mésiques. Deux monolithes de tourbe seront récoltés au sein des tourbières en vue d’une analyse macrofossile. Il s’agira de voir, jusqu’à quelle profondeur dans le dépôt organique, des restes de pin blanc (p. ex.: aiguilles, graines) sont présents. Enfin, les résultats des analyses dendrochronologiques et paléoécologiques seront comparés à des données météorologiques afin de voir si le climat aurait joué un rôle dans la dynamique du pin blanc dans les tourbières (calcul de fonctions de réponse et d’anomalies climatiques).

 
© 2018 Tous droits réservés | Adapté d'un design original de BinaryTheme.com