Accueil | Nos membres | Nous joindre | English | |  

Esmaella Raymond-Bourret

 

Étudiante 2è cycle

Département de biologie, chimie et géographie, UQAR

Campus de Rimouski
300 Allée des Ursulines
UQAR
Rimouski
Québec, Canada
G5L 3A1

418.723.1986 poste 1867
Esmaella.Raymond-Bourret@uqar.ca

 

 


 
 
 

Projet de recherche

Détermination des impacts respectifs de la perte et de la fragmentation de la forêt mature sur l’écologie spatiale des grands mammifères

À l’échelle mondiale, la perte et la fragmentation d’habitat représentent la plus grande menace à la biodiversité. Ces deux facteurs sont responsables de nombreuses extinctions récentes en plus d’être la principale cause du déclin de plusieurs autres espèces. Réussir à départager les impacts de ces deux types de perturbations est essentiel puisque les effets de la fragmentation peuvent différer de ceux engendrés par la perte d’habitat, ce qui peut résulter en des réponses distinctes par la faune. Orienter les stratégies de conservation et d’aménagement de l’habitat vers une réduction de la perte d’habitat ou de la fragmentation n’est possible que si l’on identifie le facteur qui est le plus dommageable pour une espèce ou un groupe d’espèces.

Mon projet d’étude s’intègre dans un vaste programme d’étude lancé en 2003 qui vise à mieux comprendre les conséquences du développement anthropique en général sur l’écologie du caribou forestier et proposer des pistes d’atténuation des impacts cumulés. Plus spécifiquement, mon projet vise à déterminer les impacts respectifs de la perte et de la fragmentation de la forêt mature sur l’écologie spatiale des grands mammifères. En utilisant des suivies GPS s’échelonnant de 2004 à aujourd’hui, je caractériserai les patrons de sélection d’habitat de l’ours noir, du loup gris, du coyote de l’Est, de l’orignal et du caribou des bois, dans un contexte de perturbations cumulées en forêt boréale mature. Les fonctions de sélection des ressources (comparaison entre la disponibilité et l’utilisation des ressources) obtenue me permettront d’établir la probabilité d’occurrence et de cooccurrence de ces espèces dans différents niveaux de perte et de fragmentation de l’habitat, dans des systèmes types où ces proies et prédateurs cohabitent, soit la Gaspésie et Charlevoix. Ces probabilités seront utilisées pour évaluer la réponse faunique des cinq espèces le long d’un gradient de niveaux de perte et d’un gradient de niveau de fragmentation, qui seront simulés dans des paysages sélectionné aléatoirement dans les deux aires d’étude. Cela me permettra de départager les impacts de la perte de ceux de la fragmentation et d’établir des seuils critiques de niveaux perturbations. Ultimement ce projet de recherche permettra de guider de manière plus efficace les approches d’aménagement forestier afin de favoriser ou de limiter l’expansion des différentes espèces de grands mammifères à l’étude.
 
© 2018 Tous droits réservés | Adapté d'un design original de BinaryTheme.com