Accueil | Nos membres | Nous joindre | English | |  

Cynthia Reséndiz

 

Étudiante 3è cycle

Département de biologie, Université Laval

Pavillon Alexandre-Vachon
1045 avenue de la Médecine
Université Laval
Québec
Québec, Canada
G1V 0A6

4186562131 poste 6327
cynthia.resendiz-infante.1@ulaval.ca

 

 


 
 
 

Projet de recherche

Sélection par l'avancement de la période de ponte en réponse au réchauffement climatique

La phénologie est un des premier processus qui est affecté par les changements climatiques. De récentes études montrent un avancement de la date de ponte des œufs par les oiseaux en réponse au réchauffement climatique à plusieurs lieux. Cependant, si tous les niveaux trophiques ont une réponse différente, un «mismatch» trophique est possible. En Europe, certains oiseaux insectivores ont devancé leur date de ponte, mais la période d’abondance des insectes proies a été devancée encore plus, causant une asynchronie entre la nourriture disponible et le besoin maximum d’énergie des oisons. En raison du réchauffement climatique, une sélection pour l’élevage hâtif des jeunes semble se produire mais ce ne sont pas toutes les populations qui ont la capacité de s’ajuster. Par conséquent, le «mismatch» a le potentiel de diminuer l’abondance de la population. Des études connexes ont prouvé (1) qu’il y a une sélection différentielle entre la date de ponte offrant un succès reproducteur (SR) maximal et la date moyenne de la population, ce qui favorise une date de ponte hâtive. De plus, (2) le SR diminue quand la température est élevée au printemps parce que la végétation pousse plus rapidement, provoquant ainsi un «mismatch» trophique entre l’éclosion des oisons et la qualité alimentaire maximale de la végétation. D’autres études connexes ont montré que bien qu’il y a une tendance au réchauffement, la date de ponte n’avance pas. Je pose donc l’hypothèse suivante : que la sélection différentielle sur la date de ponte a augmenté au fil du temps chez les oies des neiges (Chen caerulescens atlantica). En effet, des études précédentes montrent que certains oiseaux de l'Arctique ne parviennent pas à s'adapter à la température plus chaude et sont donc menacés par les changements climatiques. Nous allons calculer le SR (nombre de jeunes survivant leur premier hiver) pour chaque date de ponte par an et la sélection différentielle annuelle entre la date de ponte moyenne pondérée pour le nombre de jeunes et la date moyenne de ponte de la population. Nous ferons alors une régression entre la sélection différentielle et le temps sur une période de 25 années (1991-2014). Également, nous allons examiner si les conditions rencontrées pour les oies des neiges lors de la migration de printemps pourraient empêcher la synchronisation de leur date de ponte aux conditions environnementales sur le site de reproduction. L'indice de végétation par différence normalisée (NDVI) est un indice de télédétection de que nous avons validé et qui sera utilisé pour évaluer le «mismatch» annuel entre le moment de la reproduction des oies et la végétation.

 
© 2018 Tous droits réservés | Adapté d'un design original de BinaryTheme.com