Accueil | Nos membres | Nous joindre | English | |  

Charles Gignac

 

Étudiant 3è cycle

Centre Eau-Terre-Environnement, INRS-ETE

Centre Eau Terre Environnement
490, rue de la Couronne
INRS-ETE
Québec
Québec, Canada
G1K 9A9

418.654.2524 poste 4466
charles.gignac@ete.inrs.ca

 

http://132.203.57.253:8080/donneesweb/document/image/perso_2918.jpg

 


 
 
 

Projet de recherche

Télédétection, climatologie et modélisation probabiliste du couvert de glace au Nunavik

La région arctique joue un rôle crucial dans la régulation du climat mondial et les changements qui l’affectent actuellement affecteront également le reste du monde (ACIA 2005). La fonte du couvert de glace est certainement le meilleur exemple de la tendance accélérée au réchauffement observée en arctique. La fonte de la banquise soulève des questions tant d’ordre scientifique, économique, que politique. L’ouverture définitive du passage du nord-ouest, dans un futur proche, provoquera une explosion des activités dans l’arctique canadien. Elle soulève déjà des questions au point de vue de la souveraineté canadienne. Avec une tendance à des épisodes d’englacement tardifs et des fontes précoces partout en Arctique (Markus et al. 2009), la saison sans glaces se rallonge. On constate que la banquise rétrécit en superficie et également en épaisseur. (Fortier et al. 2006). Les modèles climatiques, comme l’IPCC AR4, plutôt conservateurs, prédisent l’apparition saisonnière d’une région arctique sans glace de mer en 2060, comparativement à la tendance de la dernière décennie, qui laisse croire que ce phénomène pourrait se produire aussitôt qu’en 2030 (Stroeve et al. 2008). Les données haute résolution sont un impératif à une meilleure modélisation du climat arctique (Maslowski et al. 2008). L’utilisation de données RSO de haute résolution spatiale (3-8 m) pour cartographier les glaces permet, en partie, de répondre à cet impératif. Pour les Inuits la glace est utile pour se déplacer, chasser, visiter les communautés avoisinantes et tout simplement pour leurs loisirs (Laidler et al. 2010). Partout dans l’Arctique des communautés notent des changements dans la dynamique des glaces de mer (Nickels et al. 2006). De plus en plus de recherches portent sur la télédétection et sur la modélisation du climat arctique en synergie avec des approches de recherche communautaire mettant l’accent sur les connaissances traditionnelles des communautés Innuites (Laidler et al. 2011). Plusieurs chasseurs Inuits se tournent aujourd’hui vers les outils technologiques et scientifiques afin d’évaluer les conditions et la sécurité des glaces de mer avant de s’y aventurer. Les aînés et les chasseurs voient un avantage potentiel à utiliser l’imagerie satellitaire pour évaluer l’évolution des concentrations ainsi que les cycles d’englacement et de fonte, pour ensuite en observer la variabilité interannuelle et à long terme ainsi que pour évaluer les risques, pour optimiser des trajets et pour les opérations de sauvetage (Laidler et al. 2011; Aporta et al. 2011). Cette situation justifie le développement d’un projet de recherche ayant comme objectif principal de fournir aux communautés Innuites des outils compréhensibles et adaptés à leur mode de réflexion pour l’évaluation du risque posé par l’état du couvert glaciel. Pour atteindre le but visé, les sous-objectifs suivants seront poursuivis : 1. L’établissement d’un algorithme automatisé de cartographie des glaces de mer et de rivières à partir d’images RADAR; 2. La compilation d’une climatologie historique des conditions de glace pour les sites étudiés; 3. Une modélisation probabiliste, sous forme cartographique, des conditions de glace pour les sites étudiés.La méthodologie utilisée est basée sur l’utilisation d’imagerie RADAR (RADARSAT-2), d’un logiciel de traitement d’image (PCI Geomatica), de SIG (ArcGIS 10), de données d’archives du National Snow and Ice Data Center (AMSR/E) et du service canadien des glaces (RADARSAT-1 et SHP) puis finalement d’outils mathématiques (MATLAB et R). Les sites d’études choisis sont : Kuujjuaq [58°06'24?N, 68°23'55?O], Umiujaq [56°33'7?N, 76°32'57?O] et Quaqtaq [61°02'48?N, 69°37'01?O].

 
 

Communications scientifiques

Gignac, C., Bernier, M., Chokmani, K., Poulin, J., 2017. IceMap250 - automatic 250 m sea ice extent mapping using MODIS data. Remote Sensing, 9(1): Art. no. 70. DOI: 10.3390/rs9010070.

 
© 2018 Tous droits réservés | Adapté d'un design original de BinaryTheme.com