Accueil | Nos membres | Nous joindre | English | |  

Vicky Bérubé

 

Étudiante 3è cycle

Département de phytologie, Université Laval

Pavillon Paul-Comtois
2425 rue de l'Agriculture
Université Laval
Québec
Québec, Canada
G1V 0A6

418.656.2131 poste 6340
vicky.berube.1@ulaval.ca

 

 


 
 
 

Projet de recherche

Restauration des tourbières minérotrophes perturbées: étude approfondie des communautés végétales

La tourbe de sphaigne accumulée dans les tourbières ombrotrophes est prisée par l’industrie qui l’extrait mécaniquement par aspiration. Dans le patron de succession d’une tourbière, la phase minérotrophe précède bien souvent la phase ombrotrophe (Janssens, 1992). Or, il arrive occasionnellement que les compagnies exploitent la totalité de la tourbe de sphaigne, exposant ainsi la tourbe minérotrophe sous-jacente. Cette dernière possède des propriétés physico-chimiques propres aux tourbières minérotrophes (fens) (Wind-Mulder et al., 1996) ce qui laisse supposer qu’il serait mieux de restaurer le milieu après l’abandon des activités d’extraction avec une végétation de type minérotrophe, a priori plus apte à coloniser la tourbe résiduelle qui est laissée sur place. La restauration d’un écosystème implique le retour de la structure, des fonctions écosystémiques, des principes d’autorégulation et de la biodiversité (Ehrenfeld et Toth, 1997). Les buts nord-américains de la restauration des tourbières visent principalement le retour à court terme de la fonction d’accumulation de tourbe propre à ce type d’écosystème (Gorham et Rochefort, 2003). Les études nord-américaines sur la restauration des tourbières minérotrophes sont peu nombreuses (ex : Cooper et Macdonald, 2000; Cobbaert et coll.; 2004; Graf et Rochefort, 2008). Peu de données sont disponibles en ce qui concerne les communautés végétales, les taux de productivité et de décomposition des tourbières minérotrophes méridionales. Ce projet de doctorat vise à étudier quels groupes de végétation dans les tourbières minérotrophes modérément riches à riches non perturbés de l’est du Canada, sont importants pour le retour de la structure et du fonctionnement écologique d’une tourbière perturbée sur tourbe minérotrophe. Spécifiquement, le but est d’identifier des espèces-clés qui seront importantes pour faciliter le retour de la fonction d’accumulation de tourbe propre aux tourbières minérotrophes. Les hypothèses de recherche associées sont : 1) les cypéracées sont un groupe dominant dans les tourbières minérotrophes méridionales non perturbées et l’emphase devra être mis sur ce groupe lors d’une restauration, les arbustes et les arbres étant de moindre importance; 2) les bryophytes sont une composante essentielle des tourbières minérotrophes méridionales et devront être inclus lors d’une restauration; 3) une diversité structurale des communautés végétales, soit au moins une espèce de chaque groupe –bryophyte, herbacée et arbuste- augmentera la productivité et favorisa la survie et la productivité des bryophytes. Le site d’étude se situe à Saint-Fabien, près du parc National du Bic, dans le Bas-St-Laurent, Québec. L’approche paléoécologique sera d’abord utilisée afin de voir l’évolution des assemblages végétaux à une échelle temporelle. Les relevés de végétation et les mesures de productivité et décomposition dans les tourbières minérotrophes non perturbées de la région de Rimouski permettront de déterminer l’étendue de variabilité et ainsi compléter la description de l’écosystème de référence. Deuxièmement, ce projet regardera l’influence de la diversité fonctionnelle sur la fonction d’accumulation de tourbe. En effet, la réintroduction d’espèces provenant de différents groupes fonctionnels peut favoriser un retour plus rapide de la fonction de séquestration de carbone. Ces groupes fonctionnels élargis sont les arbustes, les cypéracées-graminoïdes et les bryophytes. Une expérience combinatoire consistant à établir des parcelles expérimentales avec différents groupements et en variant la diversité spécifique sera mise en place sur une surface de tourbe résiduelle minérotrophes et en serres. Références: Cooper, D. et L. MacDonald. 2000. Restoring the vegetation of mined peatlands in the southern Rocky Mountains of Colorado, USA. Restoration Ecology. 8:103-111. Cobbaert, D., L. Rochefort et J.S. Price. 2004. Experimental restoration of a fen plant community after peat mining. Applied Vegetation Science 7: 209-220. Ehrenfeld, J.G. et L.A. Toth. 1997. Restoration ecology and the ecosystem perspective. Restoration Ecology. 5:307-317. Gorham, E. et L. Rochefort. 2003. Peatland restoration: a brief assessment with special reference to Sphagnum bogs. Wetlands Ecology and Management. 11: 109-119. Graf, M.D. et L. Rochefort. 2008. Techniques for restoring fen vegetation on cut-away peatlands in North America. Applied Vegetation Science. 11: 521-528. Janssen, C.R., B.C.S. Hansen, P.H. Glaser et C. Whitlock. 1992. “Development of a Raised-Bog Complex” Dans The Patterned Peatlands of Minnesota. Wright, H.E., B.A. Coffin Jr. et N.E. Aaseng, (eds.). Minneapolis: University of Minnesota Press, p.189-221. Wind-Mulder, H.L., L. Rochefort et D.H. Vitt. 1996. Water and peat chemistry comparisons of natural and post-harvested peatlands across Canada and their relevance to peatland restoration. Ecological Engineering. 7 (3): 161-181.

 
 

Communications scientifiques

Bérubé, V., Rochefort, L., Lavoie, C., 2017. Fen restoration: defining a reference ecosystem using paleoecological stratigraphy and present-day inventories . Botany, 95(7): 731-750. DOI: 10.1139/cjb-2016-0281.

Strack, M., Mwakanyamale, K., Hassanpour Fard, G., Bird, M., Bérubé, V., Rochefort, L., 2017. Effect of plant functional type on methane dynamics in a restored minerotrophic peatland. Plant and Soil, 410(1-2): 231-246. DOI: 10.1007/s11104-016-2999-6.

Rochefort, L., LeBlanc, M.-C., Bérubé, V., Hugron, S., Boudreau, S., Pouliot, R., 2016. Reintroduction of fen plant communities on a degraded minerotrophic peatland. Botany, 19(11): 1041-1051. DOI: 10.1139/cjb-2016-0023.

Graf, M., Bérubé, V., Rochefort, L., 2012. Chapter 12: Restoration of peatlands after peat extraction: Impacts, restoration goals, and techniques. Pages 259-280 dans Vitt, D.H., Bhatti, J.S. (Éditeurs). Restoration and Reclamation of Boreal Ecosystems. Cambridge University Press. Cambridge, Royaume-Uni.

 
© 2018 Tous droits réservés | Adapté d'un design original de BinaryTheme.com