Accueil | Nos membres | Nous joindre | English | |  

Marie-Amélie Blais

 

Étudiante 3è cycle

Département de biologie, Université Laval

Pavillon Alexandre-Vachon
1045 avenue de la Médecine
Université Laval
Québec
Québec, Canada
G1V 0A6


marie-amelie.blais.1@ulaval.ca

 

 


 

Direction

 
 

Projet de recherche

Gradients du microbiome et implications pour le cycle des gaz à effet de serre dans un fleuve de haute latitude: la Grande rivière de la Baleine, Nunavik, Québec

Les régions de hautes latitudes sont particulièrement vulnérables au réchauffement climatique associé à l'émission de gaz à effet de serre. Cette hausse de température a plusieurs impacts tels que la fonte du couvert de glace et le dégel du pergélisol. Une des régions canadiennes les plus affectées est la baie d'Hudson, qui connait un déclin important de son couvert de glace depuis quelques décennies et un réchauffement associé des régions adjacentes (Bhiry et al. 2011 Écoscience 18:182-203). Dans une dynamique de changement climatique, les fleuves et les rivières sont particulièrement importants puisqu'ils relient le milieu terrestre, les lacs et les mers arctiques. Ils jouent, par ailleurs, un rôle primordial dans le transport et la transformation de la matière organique. Malgré leurs importances, il existe des lacunes majeures dans leur compréhension, en particulier concernant la structure et le fonctionnement de l'écosystème microbien. De façon générale, les impacts des changements sur le microbiome sont peu connus alors que celui-ci est responsable de la majorité des cycles biogéochimiques (Pointing et al. 2016 Nature Microbiol. 1:16145). La biogéochimie du carbone est particulièrement d'intérêt puisque ce cycle contrôle le bilan photosynthèse/respiration dans les écosystèmes et mène à l'émission de méthane et de dioxyde de carbone, deux importants gaz à effet de serre.

L'objectif global de ce projet doctoral est de mieux comprendre le cycle du carbone le long d'un important fleuve subarctique, la Grande rivière de la Baleine (Nunavik), incluant la zone de transition eau douce/salée du fleuve à son entrée dans la baie d'Hudson. Les objectifs spécifiques sont d'analyser les gradients suivants: 1) des gaz à effet de serre associés aux déversements des paysages de pergélisol en pleine mutation et dans la zone de transition; 2) du microbiome impliqué dans le cycle du carbone, en utilisant des méthodes de microbiologie moléculaire; et 3) des populations picoplanctoniques de ce microbiome, pour l’évaluation et le développement des nouvelles technologies microfluidiques dans le cadre de Sentinelle Nord.

 
© 2019 Tous droits réservés | Adapté d'un design original de BinaryTheme.com