Émilie Champagne (Doctorat)

Pavillon Alexandre-Vachon
Local 3076
Université Laval
1045 avenue de la Médecine
Québec, Canada
G1V 0A6

Téléphone : (418) 656-2131 poste 8152
Courriel : emilie.champagne.2@ulaval.ca



Direction : Jean-Pierre Tremblay
Co-direction : Steeve D. Côté

Projet de recherche
Susceptibilité des espèces arborescentes au broutement des grands herbivores en fonction des interactions plantes-plantes et de leur stade ontogénique
Les herbivores peuvent modifier la composition des communautés végétales par leur broutement sélectif et même générer un changement du type de peuplement composant une forêt. Par exemple, les fortes populations de cerf de Virginie (Odocoileus virginianus) à l’île d’Anticosti entraînent la transformation des forêts de sapins (Abies balsamea) en peuplements monospécifiques d’épinette blanche (Picea glauca). Le broutement sélectif pourrait être influencé par différents mécanismes, dont 1) l’organisation spatiale de la végétation compagne et 2) le stade de développement ontogénique de l’espèce broutée. En effet, les plantes situées à proximité d’un arbre peuvent diminuer sa susceptibilité au broutement par leur effet de répulsion sur l’herbivore ou en créant un effet de diversion. À l’opposé, elles peuvent augmenter la susceptibilité en attirant l’herbivore. Sur Anticosti, la proximité et l’abondance de l’épinette blanche, une espèce peu consommée, ou du bouleau à papier (Betula papyrifera), une espèce sélectionnée par le cerf, pourraient en partie déterminer la probabilité de broutement d’un plant de sapin. Cette probabilité pourrait également être modifiée par des caractéristiques intrinsèques du plant, soit son développement ontogénique qui modifiera sa composition chimique et sa morphologie. Pour comprendre comment la végétation compagne et le stade ontogénique influencent la susceptibilité au broutement du sapin, nous utiliserons une combinaison de méthodes en profitant des enclos de gestions établis suite à une coupe forestière pour favoriser la régénération de sapins par le cerf. Dans ces enclos d’une durée de vie de 12 à 15 ans, la densité de cerfs est réduite grâce à la chasse sportive et permet la croissance sans influence du broutement des espèces arborescentes. La communauté végétale ainsi créée présente une variété d’associations entre les espèces arborescentes et leurs stades de croissance. Nous mesurerons le broutement sur des sapins et leur végétation compagne dans des sites récemment déclôturés. Un échantillonnage hiérarchique nous permettra de cibler l’étendue spatiale de l’influence des assemblages de plantes sur la susceptibilité au broutement. Afin de préciser les mécanismes en jeu, nous évaluerons la sélection de la nourriture par une expérience d’alimentation où nous offrirons à des cerfs captifs différentes associations d’espèces d’arbres et de stades ontogéniques sous des conditions contrôlées. De plus, nous analyserons la composition chimique du sapin à différents stades de croissance, pour établir un portrait de ses composés secondaires de défense. Un tel portrait n’a pas encore été réalisé et permettra de déterminer si certains stades sont plus susceptibles au broutement que d’autres. Mon projet de recherche s’inscrit dans le cadre de la Chaire de recherche industrielle CRSNG – Produits forestiers Anticosti dont le principal objectif est de développer des méthodes d’aménagement forestier et faunique adaptées aux densités élevées de cervidés. Ce projet permettra d’effectuer des recommandations de gestion pour le dégagement des tiges et la plantation afin de favoriser une régénération du sapin après coupe, dans un site où les herbivores sont abondants. De plus, il apportera des connaissances théoriques importantes sur les interactions entre les plantes et leur effet sur la susceptibilité au broutement.

Communications scientifiques
Champagne, É., Tremblay, J.-P., Côté, S.D.
, 2016. Spatial extent of neighboring plants influences the strength of associational effects on mammal herbivory. Ecosphere, 7(6): e01371. DOI: 10.1002/ ecs2.1371/supinfo.
Côté, S.D., Beguin, J., de Bellefeuille, S., Champagne, É., Thiffault, N., Tremblay, J.-P.
, 2014. Structuring effects of deer in boreal forest ecosystems. Advances in Ecology, Article ID 917834. DOI: 10.1155/2014/917834.
Plante, S., Champagne, É., Ropars, P., Boudreau, S., Lévesque, E., Tremblay, B., Tremblay, J.-P.
, 2014. Shrub cover in northern Nunavik: can herbivores limit shrub expansion? Polar Biology, 37(5): 611-619. DOI: 10.1007/s00300-014-1461-6.

Label