English | wk4tg5 | Contact | Plan du site  
 
 
INTROSITE D'ÉTUDECLIMATSUIVI ÉCOLOGIQUEPARTENAIRESRESPONSABLES DU PROJETPARTENAIRESPUBLICATIONSLISTES D'ESPÈCES PHOTOS





    SAVOIR INUIT SUR LES RENARDS
  Introduction  
  Récolte du savoir  
  Camp ainés-jeunes  
  Savoir inuit sur les renards  
  Savoir inuit sur les oies  
  Questionnaire  
 

UTILISATIONS TRADITIONELLES ET IMPORTANCE CULTURELLE

Le commerce du Renard arctique a été la principale source de revenus des familles inuit des années 20s aux années 70s. Pendant cette période, les fourrures de Renards arctiques étaient vendues au poste de traite de la Hudson Bay Company, établie à Pond Inlet en 1921, en échange de biens essentiels tel fusils, munitions, matériel de couture, savon, etc. Selon les ainés et les chasseurs interviewés, les Renards arctiques étaient très importants durant cette période puisqu’ils représentaient presque le seul moyen d’obtenir des biens qui facilitaient la vie quotidienne.

Afin de pouvoir obtenir des fourrures de renards à échanger, les informateurs indiquent que toutes les familles inuit devaient consacrer leurs hivers au trappage de renards. Les lignes de trappage étaient principalement installées le long de la côte. Ceci facilitait le transport par les chiens de traineaux et permettait également la chasse aux phoques qui étaient importants pour les familles inuit comme source de nourriture mais aussi pour la lumière et la chaleur (par les lampes à l’huile de phoque)

Les fourrures de renards étaient également utilisées dans la confection de vêtements. La queue peut servir à la confection de foulards et les tendons de la queue comme fil à coudre. Elles peuvent également servir comme garnitures pour les capuchons ou être enroulées autour de la taille pour garder au chaud. Ceci était appelé ‘Qaumailissaq’ en Inuktitut (langue inuit).

Les fourrures de renards étaient aussi utilisées par les chasseurs lors de la chasse aux phoques. Placée sous les pieds, la fourrure permettait aux chasseurs d’approcher les trous de phoques sans être entendu, ce qui facilitait la chasse. La fourrure de lièvre était également utilisée dans le même but.

Qillaq Idlout tenant deux fourrures de renard (1953), © Doug Wilkinsons N79-051:2082

Après l’établissement des familles inuit à la fin des années 60s, la traite de fourrures a demeuré une activité économique importante jusqu’à l’effondrement du marché de la traite dans les années 80s. Aujourd’hui, les fourrures de renards sont principalement utilisées comme garniture pour les capuchons. Toutefois, pour certains ainés et chasseurs, le trappage de renards demeure une activité importante puisque c’est une façon de garder vivantes les traditions inuit.

ÉCOLOGIE DU RENARD ARCTIQUE

Écologie du régime alimentaire hivernal et distribution

D’après des informations scientifiques, le régime alimentaire des Renards arctiques de la région de Pond Inlet est peu connu. Les ainés et chasseurs de la région ont donc été demandés de partager leur savoir sur les habitudes alimentaires du Renard arctique et les endroits où ils sont le plus souvent observés en hiver. Parmi les 21 ainés et chasseurs interrogés, 18 ont commenté sur l’endroit où les Renards arctiques sont le plus fréquemment vus durant cette saison. Parmi ces informateurs, 8 affirment avoir observe les Renards arctiques sur la terre, alors que 3 mentionnent les avoir vu principalement le long du littoral, 3 soit sur la terre ou la glace de mer, 2 sur la glace de mer, 1 sur la lisière de la banquise (où la glace de mer rencontre l’eau libre) et 1 sur la lisière de la banquise et sur la terre ferme.

Seize informateurs ont commenté sur le régime alimentaire du Renard arctique. D’après eux, son régime alimentaire se compose de divers items mais ils ont surtout mentionné les carcasses de mammifères marins (12/16 personnes) et les lemmings (11/16). Certains ont même spécifié que les carcasses proviennent d’animaux échoués (7/12) ou laissés sur la glace par les Ours polaires (5/12) ou les chasseurs (3/12). La viande de caribou (2/16), de Lièvres arctiques (1/16), d’oiseaux (surtout des lagopèdes ; 1/16) et de la nourriture provenant de caches de chasseurs (1/16) ont également été mentionnés comme des items étant consommés par les renards pendant l’hiver.

Onze informateurs ont également rapportés l’existence de deux types de Renards arctiques qui peuvent être différenciés par leurs stratégies d’hivernage bien distinctes : un type resterait plutôt sur la terre ferme durant la saison froide et l’autre demeurerait sur la glace de mer. D’après ces ainés et chasseurs, le ‘renard terrestre’ aurait une fourrure plus épaisse (8/11), plus blanche (4/11) et une taille corporelle plus grande (2/11). D’autres informateurs ont également mentionné que le ‘renard terrestre’' possède de la graisse corporelle moins huileuse (1/11), des poils plus longs (1/11) et une peau plus mince (1/11). Il serait également meilleur au gout (1/11) et sa fourrure deviendrait blanche plus tôt dans l’hiver (1/11). Les variations dans le régime alimentaire (6/7) et le gradient de température entre la glace de mer et la terre (1/7) sont les raisons soulevées par 7 personnes pour expliquer les différences entre les renards ‘terrestre’ et ‘de mer’.

Dix-sept informateurs sur 21 ont aussi spontanément rapporté que les Renards arctiques font des migrations massives de mars à avril où ils se dirigent vers la glace de mer pour s’alimenter de nouveau-nés de Phoques annelés.

Arrivée du Renard roux dans la région

Ce n’est que récemment que le Renard roux a étendu son aire de distribution à la région de l’Île de Baffin. Cette colonisation récente a été peu documentée et les impacts qu’elle pourra avoir sur la population du Renard arctique soulèvent des inquiétudes. Dans le but de compléter l’information disponible sur l’arrivée du Renard roux dans la région de Pond Inlet, laquelle est basée sur les données de fourrures du poste de traite de la Huson Bay Company, les personnes interrogées ont été demandés s’ils se rappelaient quand il avait vu un Renard roux pour la première fois sur leur territoire de chasse. Dix-sept informateurs ont commenté sur le sujet. Trois d’entre eux ont mentionné avoir toujours vu de temps à autre un Renard roux. Une personne croyait que les Renards roux ont toujours été présents dans la région et 17 se souvenaient de leur première rencontre avec un Renard roux. Parmi ces derniers, 1/17 rapporte leur observation à Igloolik en 1943, 2/17 ont fait leur première observation dans la région de Pond Inlet en 1947-1948, 8/17 dans les années 50s et 2/17 dans les années 60s. Neuf des dix ainés et chasseurs mentionnaient que depuis son arrive près de Pond Inlet, le nombre de Renards roux a augmenté. De plus, les variations de couleur du Renard roux, soit le Renard argenté et le Renard croisé ont été observé dans la région.

Localisations et caractéristiques des tanières

Les personnes interrogées ont également commentés sur les meilleurs endroits où les renards établissent leur tanière. Les localisations précises ou régions générales de tanières de Renards arctiques et roux ont été notes sur des cartes. Dix-sept informateurs ont également discuté des caractéristiques définissant les bons sites pour l’établissement de leurs tanières. La majorité d’entre eux ont mentionné la présence d’un sol sableux (13/17). La présence de poisons (2/17), d’endroit où la quantité de terre est abondante (1/17), des régions à faible topographie (1/17) et des petites collines (1/17) ont également été cités comme des caractéristiques importantes.