English | wk4tg5 | Contact | Plan du site  
 
 
INTROSITE D'ÉTUDECLIMATSUIVI ÉCOLOGIQUESavoir inuitRESPONSABLES DU PROJETPARTENAIRESPUBLICATIONSLISTES D'ESPÈCES PHOTOS





impact du climat
sur l'écosystème
    Productivité des milieux humides
  Introduction  
  Grande Oie des neiges  
  Productivité des milieux humides  
  Communautés mésiques  
  Autres espèces animales  
 
La productivité végétale varie d’une année à l’autre sur l’Île Bylot. Au cours de la dernière décennie, la productivité végétale dans la Vallée Qarlikturvik a augmenté (voir Milieux humides). wetland with Eriophorum Scheuchzeri – milieu humide avec Eriophorum Scheuchzeri © Anna M. Calvert

Afin de mieux comprendre ces variations, nous avons examiné la productivité végétale de la Vallée Qarlikturvik en relation avec des variables climatiques comme la température de l’air, le nombre de jours au-dessus de 0°C (jours sans gel), le nombre de degré-jours au-dessus de 0°C, les précipitations, la radiation et la fonte de la neige.

Nos analyses révèlent que la biomasse des plantes dans la Vallée Qarlikturvik est influencée par la température de l’air et les jours sans gel en juillet (mois où la majorité de la croissance des plantes a généralement lieu). En effet, la biomasse de l’ensemble des graminoïdes (voir Milieux humides) de même que celle d’Eriophorum augmente lorsque les températures du mois de juillet sont plus chaudes. De plus, la biomasse de l’ensemble des graminoïdes et d’Eriophorum est plus élevée les années où le nombre de jours sans gel en juillet est plus grand. Aucune relation n’a été trouvée pour les autres variables climatiques analysées.