English | wk4tg5 | Contact | Plan du site  
 
 
INTROSITE D'ÉTUDECLIMATSUIVI ÉCOLOGIQUESavoir inuitRESPONSABLES DU PROJETPARTENAIRESPUBLICATIONSLISTES D'ESPÈCES PHOTOS





Cycle du carbone
    La vie microbienne
  Introduction  
  Les mares arctiques  
  Portrait physicochimique d’une mare  
  La vie microbienne
  La photolyse du carbone organique dissous
  L'enjeu climatique  
 

Les mares de l'Île Bylot foisonnent de vie microbienne. Ces microbes, mesurant 1 à 100 micromètres environ (1 micromètre (µm) = 1 millième de millimètre), ont étés identifiés par des approches en biologie moléculaire et en microscopie. En voici quelques exemples, vus au microscope :

 

Les mares offrent des habitats relativement accueillants pour les microorganismes très primitifs, tels les Bactéries et les Archées, et à d'autres plus évolués, tels les algues vertes et dorées (incluant par exemple les diatomées). Parmi les Archées, on trouve les méthanogènes (microorganismes responsables de la production du CH4), alors que parmi les Bactéries, on trouve les méthanotrophes (responsables de la consommation du CH4) ainsi que les cyanobactéries. Ces dernières forment les tapis au fond des mares et sont responsables d'une grande activité photosynthétique. À la surface des tapis elles apparaissent orangées, de par la présence de pigments photoprotecteurs (les caroténoïdes), alors qu'en dessous elles sont vertes. Ces microorganismes ont besoin d'eau, de lumière, de nutriments et d'une source de carbone pour respirer et faire la photosynthèse, mais elles sont très résistantes; lorsque le milieu s'assèche, leur activité est tout simplement bloquée jusqu'au moment où les conditions favorables soient retrouvées. La composition des assemblages microbiens dans les mares peut influencer l'équilibre entre les processus qui génèrent des gaz à effet de serre et les processus qui les consomment.

Rappelons que la réaction chimique simplifiée de la respiration est :

C6H12O6 (aq) + 6O2 (g) 6CO2 (g) + 6H2O (l) (+ énergie)

et que celle de la photosynthèse est tout simplement l’inverse :

6CO2 + 6H2O (+ énergie lumineuse) C6H12O6 + 6O2